12 Rue Commerce

66400 CERET

France

09 74 56 23 15

Marc Fourquet

Principales expositions personnelles

  • 2012 Galerie Dieu, Granollers
  • 2009 Galerie Odile Oms. Couvent des Minines, Perpignan.
  • 2008 "El demiurg i el bruixot" Céret. Centre de documentation du Musée de l'Empordà, Figueres.
  • 2005 Fort Bellegarde , Le Perthus
  • 2000 Centre d'art Contemporain, St Cyprien.
  • 1999 Travaux récents Galerie Yves Faurie, Sète.
  • 1998 "L'invent de la tradició" Galerie Passatge, Cervera .
  • 1997 galerie Beau Lézard, Sète.
  • 1995 Velletri, Porta Napoletana, Italie.
  • 1994 Galleria Romberg,Latina, Italie.
  • 1993 Œuvres récentes, Musée d'Art Moderne de Céret. Galleria Grazielle Mariottini, Arezzo, Italie.
  • 1992 Musée d'Art Moderne de Toulouse, Réfectoires des Jacobins
  • 1991 Espace Aldébaran, Baillargues.
  • 1987 CRAC de Toulouse Labège. "L'œil et demi" Fondation de Jau, Cases de Pènes.
  • 1986 Sant Roch, Céret
  • 1982 MedaMothi, Montpellier
  • 1980 Atelier 6, Céret

Principales expositions Collectives

  • 1979  Atelier 6, Céret
  • 1983  "Casino" Fondation Miró, Barcelone. "L'aprés-midi", Fondation nationale des Arts Graphiques et Plastiques, Paris.
  • 1986  "Oltre e confini dell'io", Rome. Dopo la Bataglia", Milan. Mostra Rossellonesa, Palma de Majorque
  • 1987  "Area", Centre d'Art Contemporain, collection FRAC, Castres
  • 1989  Casa de Cultura, Gérone
  • 1990  "Le fruit de la rencontre", Musée Raymond Laffage, Lisle-sur-Tarn
  • 1993  A proposito de "la tentazione di sant Antonio" Care of, Spazio d'arte contemporanea, Milan
  • 1994  "Art buissonnier, Ecole contemporaine" Exposition du FRAC Languedoc-Roussillon, Canet en Roussillon.

A Marc Fourquet

Nous, Marc Fourquet ! Pris entre la nostalgie et le pathétique d’un côté, la présomption et l’emphase de l’autre, avons décidé qu’elles étaient les composantes où enchâsser notre joyau et que le savoir cousin du bon sens, bien disposé à la simplicité, à bien des égards peut nous apparaître complexe.
Le sens commun se trouve dans le sujet, dans les thèmes toujours semblables, des cartes postales comme stéréotypées : la complexité se trouve dans la façon de les traiter, de les formaliser, dans une attitude qui a changé et qui est la marque de la modernité; mode de l’enchâssement, du “ serti ” qui réduit le geste abstrait de la peinture à du “ coloriage “ et en fait cette structure rigide qui entoure le dessin comme un bijou inutile auquel l’on confie toutes les valeurs de l’apparence et de l’extériorité.
Conception “ magique “ du geste pictural, chevauchements entre dessins et couleurs, effacements et collages comme autant de moyens de ce rituel particulier, ouvertures d’espaces et de temps différents à l’intérieur du tableau, ce lieu à la fois à part et total.
Implications culturelles, symbolismes, ultra localisme, renvoi à des thèmes forts et universels. La mort est entrée dans chaque tableau, insistante comme les mouches qui en parsèment le fond, les sujets s’y voient dépouillés au sens strict, à défaut de sens propre, comme carcasses qu’ils sont.
Aucun vice nouveau, aucune prétention, uniquement la constatation que ce qui est là se révèle surtout par les gommages et par toutes les couches de transparence (l’important étant dans la nuance), de superposition et recouvrement et qui sont la seule permission que l’on puisse se donner pour occulter le légitime et le défendu.
Que le travail consiste encore dans le fait de faire surgir quelque chose en le refaisant à l’envers (la vérité n’est- elle pas celle que l’autre nous envoie inversée ?).
Que le sens soit aussi cette impossibilité d’aller jusqu’au bout des choses si ce n’est pour les cristalliser en un seul “ terme “.
Voilà donc la fenêtre, les fenêtres qui donnent toujours sur l’extérieur, et nous mettent à l’intérieur !
Voilà le couteau planté dans la peinture, comme le témoignage d’une autre époque et voici les animaux dont nous ignorons les désirs puisqu’ils semblent aller où ils veulent !

Extrait – Elio Grazioli

Ouvert du mardi au samedi de 10h30 à 12h30 et de 14h à 19h.