12 Rue Commerce

66400 CERET

France

09 74 56 23 15

André Susplugas

Repères biographiques

André Susplugas est né à Trouillas en 1912. C’est à Montpellier, où il effectue des études de médecine, qu’il fait la rencontre du poète Joseph-Sébastien Pons, en 1930. Il lui vouera dés lors «une affection et une admiration également profonde».

Camille Descossy le rencontre en 1931 et nous le décrit « étudiant avec une palette à portée de main » . Avec son ami Georges Dezeuze, il brossera les décors pour le
spectacle Amor de Pardal, pièce de J. S. Pons dont il interprétera aussi l’un des rôles.

Nourrit de poésie, il retourne en Roussillon désireux d’exploiter la vigne et decontinuer à peindre. Il épouse en 1941 la deuxième fille de J. S. Pons et réalise sa première exposition personnelle à Perpignan. Il exercera ensuite sa profession de médecin sans jamais cesser de peindre et de dessiner. En 1956 c’est le début d’une grande amitié avec François Desnoyer. Ses œuvres seront présentées à la Galerie de la Main de Fer dans les années 60 et l’exposition Galerie Famar à Paris en 1965, sera particulièrement remarquée. Il exposera à la fondation Desnoyer à St Cyprien en 1967 et participera à des expositions collectives à Montpellier et Avignon. Il meurt à Trouillas en 1978.

De nombreux carnets de croquis témoignent de la pratique permanente du dessin, ils disent sa capacité à se saisir de l’ instant. Scènes de vendanges, de chasse, scènes de la vie familiale, l’envie instantanée d’éterniser le hasard suscitait l’immédiate nécessité de peindre. - « Guitte ne touche à rien... Hélène, Marie, ne bougez pas! »

En 1980 une présentation de son œuvre est donnée au Palais des Congrés de Perpignan. Il sera présent également dans l’ exposition de peintres catalans à Hanovre en 1985.

Des retrospectives lui ont été consacrée : au Palais des congrés de Perpignan en 1980, à la Galerie des Hospices à Canet en 2000.

La galerie O. Oms a présenté son travail en 2004.

Pour le centenaire de sa naissance en 2012, une grande exposition à été pésentée à la Galerie, à Palau del Vidre.

André Weber,1965 - Extrait

A aucun moment il ne verse dans la mélancolie ou le doute, trop occupé qu’il est à nous communiquer ses certitudes admirables, sa foi en la vie, son optimisme. Ses œuvres sont des actes de foi.

Sa vision est douce, amicale et sereine. Jamais il ne déforme la réalité. Il l’embellit en la transposant avec ce même amour qui animait les grands intimistes que furent Bonnart et Vuillard.

Observateurs de mœurs, il sait traduire finement une atmosphère, sans gaucherie ni morbidité. Chez lui, jamais d’ironie ni d’humour grinçant, car il a un profond respect pour la vie.

Nous avons eu la révélation d’un solide tempérament de peintre intimiste qui a su magnifiquement entendre les secrètes confidences de la nature et donner au bonheur des êtres un visage inoubliable.

l’Indépendant - Exposition galerie Famar, Paris.

Exposition galerie Famar, Paris - l’Indépendant

Les heures les plus simples

Un certain mystère en plein soleil (le mystère fondamental, celui des êtres,
des choses simples) , une tendresse jusqu’au cœur - juste au cœur - de la plus violente lumière, telles sont me semble-t-il, les «clefs» de l’œuvre picturale
d’André Susplugas.

Il n’est guère de regard plus franc, plus vif que le sien, ni de geste de la main
créatrice plus dru, plus chaleureux que celui à nos yeux restitués par la force
du trait, la vigueur des formes, la calme hardiesse de la mise en page.

Qu’il s’agisse de scènes de la vie catalane ou de l’évocation heureuse de l’intimité
familiale, on a affaire au même réalisme à la fois ardent et paisible. Et pourtant
ce terme de « réalisme», je le sens quant à moi insuffisant, pour qualifier cet art
magistral, car si le réel est certes présent dans ces peintures, il n’exclut cependant point une dimension lyrique qui donne leur pouvoir d’enchantement à ces toiles
consacrées aux instants du quotidien.
Toute son œuvre, sensuelle et belle, témoigne de cette exigence que de saison en saison, d’année en année, elle n'a cessé d'incarner, d'illustrer avec magnificence, révélant sans fin des vraies richesses, celles qui appartiennent aux heures les plus simples.

Georges-Emmanuel Clancier, Paris 1979

Peintre de l'exil intérieur

La Galerie Odile Oms revient sur le parcours du peintre André Susplugas. Contemplateur du Quotidien, cet intimiste expose à nouveau son monde pour un hommage posthume mérité.

...(son) écriture picturale s'inscrit dans une longue tradition européenne, perdue depuis le fin du XIX ème siècle, la peinture de genre. Entre scènes d'intérieur, contemplation de la vie quotidienne et intimiste, le style séduit encore les amateurs, mais se voit fustiger par la critique: "trop léger et pas assez engagé", le XX ème siècle a banni des cimaises ce genre désormais considéré comme "mineur". Doit-on faire allégenceà la sentence critique ?

Le travail d'André Susplugas semble poser la question sans imposer de réponse. Les tableaux de Susplugas s'inspirent de la grandeur nature et décrivent les mœurs de ses contemporains avec poésie. Une peinture ou plutôt une démarche semblable à celle des peintres flamands du XVII ème siècle, qui inventèrent la peinture de genre pour fuir l'obligation du sujet religieux. Susplugas fuit de son côté, les dogmes de la peinture politique ou conceptuelle du XX ème siècle pour laisser libre court au seul fait pictural...sur la toile, les formes se structurent à partir d'une palette à la fois savante et sensible pour laisser apparaître le seul langage possible celui de l'esthétisme.

Face au genre humain

Certaines pièces rappellent le voyage des Nabis en Bretagne...en transfigurant le banal, Susplugas offre une nouvelle dimension à la réalité. Celle de l'esthétisme pur. Voilà l'unique intention et le seul engagement du peintre. Un art sans concession que certains critiques considèrent comme "léger" pour ne pas dire "petit-bourgeois".

Susplugas répond en montrant son travail : celui d'un "peintre de genre" face au " genre humain", une leçon révolutionnaire.

Eric Forcada - (Extrait, La semaine du Roussillon - 26/02/04)

Ouvert du mardi au samedi de 10h30 à 12h30 et de 14h à 19h.